gaston-dreyfus, fabienne

FR

« il faut parfois, pour progresser, faire l'expérience de l'oubli ».
s'arracher aux savoir faire aux règles et aux codes pour avancer à l'aveugle sur le territoire d'une liberté qui met en péril nos conventions. d'abord laisser tomber les choses acquises, les habitudes, les tics de fabrication, et donc oublier le dessin d'illustration.
dès lors le tableau devient un espace de déambulation où le trait peut se relâcher.
il se libère des intentions préconçues et la couleur n'y est jamais assignée à résidence. le dessin ici campe sur une frêle ligne de crête entre le dérit et le senti. La couleur serpente par inflexions, surgit par impulsions et s'offre comme des suggestions. leur inachèvement délibéré nous invite à une rencontre visuelle qui se propose de continuer mentalement son chemin en nous. les possibles linéaments et champs qu'elle suggère sont laissés à la discrétion de notre imaginaire.”

chargement...
chargement...